L’eau, le sang et l’Esprit en 1 Jean 5.6 à 8

Nous sommes gâtés, nous pourrons prendre pas moins de… 6 interprétations différentes de ce texte sous la loupe !

Voici le texte témoin :

1 Jean 5.6 à 8 : C’est lui, Jésus-Christ, qui est venu avec de l’eau et du sang; non avec l’eau seulement, mais avec l’eau et avec le sang; et c’est l’Esprit qui rend témoignage, parce que l’Esprit est la vérité. Car il y en a trois qui rendent témoignage : l’Esprit, l’eau et le sang, et les trois sont d’accord.

Le focus sera sur l’eau et le sang, car tout le monde est au-moins d’accord sur une chose : l’esprit est le Saint-Esprit ! Tout le monde s’accorde aussi à dire que le sang est celui versé par Jésus sur la croix (sauf dans une 7e interprétation qui n’a pas retenu mon attention, qui voit dans le sang et dans l’eau le liquide amniotique lors de la rupture de la poche des eaux à la naissance de Jésus…)

1) L’eau et le sang : le baptême et la sainte cène.

C’était l’opinion de Luther et de Calvin, conforme à leur pensée que la vie nouvelle est infusée au nouveau-né à son baptême, vu comme un sacrement justement. Dans cette optique, l’homme ne peut rien « faire » pour son salut, aussi peu que le nourrisson ne peut agir lors de son baptême.
Il me semble d’ailleurs que ce n’est pas sans raison que le pasteur Roger Barilier fait remarquer qu’il n’est pas cohérent de se dire calviniste  sans être pédobaptiste; Voir :  Pédobaptisme et sotériologie

Mais observez la symbolique utilisée pour dire que l’eau représente le baptême et que  le sang représente la sainte cène :

L’eau serait le symbole… d’un autre symbole, le baptême (des nourrissons) ?
La réalité du sang versé par Christ symboliserait… le symbole de la  cène ?

Or, quel est le fonctionnement normal  d’un symbolisme correct ?

Un symbole représente une réalité !

Par exemple, le pain rompu représente le corps brisé du Sauveur, la coupe de vin figure son sang versé. (1 Corinthiens 10 et 11)

Voilà ce qui est correct : le symbole représente la réalité.

2)  le sang et l’eau sortis du corps transpercé de Jésus (interprétation ancienne)

un des soldats lui transperça le côté avec une lance et aussitôt il en sortit du sang et de l’eau. Celui qui a vu ces choses en rend témoignage et son témoignage est vrai. Il sait qu’il dit la vérité afin que vous croyiez aussi. 36 En effet, cela est arrivé afin que ce passage de l’Écriture soit accompli : Aucun de ses os ne sera brisé., (Jean 19.34, 35)

C’était la pensée de St Augustin, peu évoquée de nos jours. Ici, aucun symbole, sinon peut-être celui des souffrances du Christ.
Aujourd’hui encore, la piété catholique met un accent fort sur les souffrances physiques du Christ, qui seraient facteur de salut pour nous en elles-mêmes. Ainsi, sur les traces du Christ souffrant, on trouve bien des ascètes, pratiquant par exemple l’autoflagellation, apparemment pour « suppléer dans leur vie à ce qui manque aux peines infligées à Christ pour son corps, c’est-à-dire l’Église ». (Colossiens 1.24). Il est évident que nous avons une toute autre lecture de ces paroles de l’apôtre Paul.

3)  le sang et l’eau sortis du corps transpercé de Jésus (interprétation moderne)

Le schéma est le même, mais avec une application toute différente, empreinte d’un mysticisme mal justifiable par les Écritures :

4) le sang et l’eau de la purification :

S’appuyant sur les rituels lévitiques, on avance que le sang serait pour la justification initiale, l’eau serait le symbole de la toilette spirituelle quotidienne. Que faut-il en penser ?

De nombreux textes corroborent la validité du concept en lui-même (sans parler de sa pertinence dans le texte qui nous occupe) :

Exode 30.17, 18 : L’Éternel parla à Moïse en ces termes : Tu feras aussi une cuve de bronze pour les ablutions. // ; tu la placeras entre la tente de la Rencontre et l’autel et tu la rempliras d’eau. 19 Avec cette eau, Aaron et ses fils se laveront les mains et les pieds

Apocalypse 7.13 : L’un des vieillards me demanda : Ces gens vêtus d’une tunique blanche, qui sont-ils et d’où sont-ils venus ? Réponse : 14 Ce sont ceux qui viennent de la grande détresse. Ils ont lavé et blanchi leurs tuniques dans le sang de l’Agneau. 

1 Jean 1.7 : Si nous marchons dans la lumière, tout comme Dieu lui-même est dans la lumière, nous sommes en communion les uns avec les autres et le sang de Jésus[-Christ] son Fils nous purifie de tout péché.

Il est bien question d’une purification régulière des enfants de Dieu déjà lavés de leurs péchés au moment de leur régénération. Les mains et les pieds figurent l’action et la marche quotidiennes, lors desquelles, inévitablement nous nous « salissons » ! Cependant, la toilette quotidienne se ferait-elle par un autre moyen que celle qui a conduit à notre nouvelle naissance ? Non, nous venons de le lire, c’est toujours le sang de Christ qui nous purifie de tout péché ! Il n’y aurait donc pas lieu de dissocier les deux choses, en parlant de la venue de Christ « avec de l’eau et du sang ».

Remarquez d’ailleurs que l’eau précède le sang, et non l’inverse ! Et ce serait curieux d’associer un symbole et une réalité. Cette même remarque vaut pour l’interprétation suivante.

5) L’eau de la Parole et le sang de la croix

En revanche, celui qui boira de l’eau que je lui donnerai n’aura plus jamais soif et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle.»
Celui qui croit en moi, des fleuves d’eau vive couleront de lui, comme l’a dit l’Ecriture.»
Ils n’auront pas soif dans les déserts où il les conduira: il fera jaillir pour eux l’eau du rocher, il fendra le rocher et l’eau coulera.
En effet, c’est un double mal que mon peuple a commis: ils m’ont abandonné, moi qui suis une source d’eau vive, pour se creuser des citernes, des citernes fissurées qui ne retiennent pas l’eau.
Vous puiserez avec joie de l’eau aux sources du salut
afin de la conduire à la sainteté après l’avoir purifiée et lavée par l’eau de la parole,

Cette interprétation n’est pas gênante, dans la mesure où elle n’aboutit pas à une doctrine erronée. Cependant, comme dit, nous aurions un symbole (l’eau) associé à une réalité (le sang). Pas très satisfaisant ! Et n’oublions pas : C’est lui… (ce Christ-là du verset 5 : le Fils de Dieu, donc Jésus-Christ)

6) le baptême et la mort de Jésus :

Celui qui est venu par l’eau et par le sang, c’est bien Jésus-Christ.
– ll s’est identifié publiquement avec nous en passant par l’eau du baptême, endossant ainsi la mission que le Père lui avait confiée.
– Puis, il a accompli cette mission par la mort en versant son sang.
Il est donc bien « venu à travers l’eau et le sang » (Segond 21).

Pas de schéma pour cette 6e option, que je crois correcte, car :

Il n’y a ici aucun symbolisme ! Rien qu’une réalité sublime dont nous sommes les bénéficiaires par sa grâce !

Marc 10.38 : Jésus leur répondit : Pouvez-vous boire la coupe que je vais boire ou être baptisés du baptême dont je vais être baptisé ?

Luc 12.50 : Il y a un baptême dont je dois être baptisé, et quelle angoisse pour moi jusqu’à ce qu’il soit accompli !

– Quel est le troisième témoin ? L’Esprit !

Jean 14.16 : Quant à moi, je prierai le Père et il vous donnera un autre défenseur afin qu’il reste éternellement avec vous:

Et ces trois sont unanimes (grec), sont pour le seul et même but, tendent à un but unique ; leur témoignage se rapporte au même fait, il fonde la certitude que Jésus est le Fils de Dieu et le Sauveur qui nous rend victorieux du monde (verset 5).

V 9 à 12 : Maintenant, Jean va mettre le focus sur le témoin suprême : Dieu et sur le contenu de ce témoignage.

v 9, : Si nous recevons le témoignage des hommes, le témoignage de Dieu est plus grand; car le témoignage de Dieu consiste en ce qu’il a rendu témoignage à son Fils.

– Le témoignage de Dieu :  il s’agit du témoignage objectif, historique du Père à son Fils au baptême et à la transfiguration : celui-ci est mon Fils bien-aimé….


Mt.3.16,17 : Dès qu’il fut baptisé, Jésus sortit de l’eau. Alors le ciel s’ouvrit [pour lui] et il vit l’Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui.  Au même instant, une voix fit entendre du ciel ces paroles: «Celui-ci est mon Fils bien-aimé, qui a toute mon approbation.»

Jean 1.32,34 :  Jean rendit aussi ce témoignage: «J’ai vu l’Esprit descendre du ciel comme une colombe et s’arrêter sur lui. Je ne le connaissais pas, mais celui qui m’a envoyé baptiser d’eau m’a dit: ‘Celui sur qui tu verras l’Esprit descendre et s’arrêter, c’est lui qui baptise du Saint-Esprit.’ Et moi, j’ai vu et j’atteste qu’il est le Fils de Dieu.»

Jean 5:36-39 : Pour ma part, j’ai un témoignage plus grand que celui de Jean: ce sont les œuvres que le Père m’a donné d’accomplir. Ces œuvres mêmes que je fais témoignent à mon sujet que c’est le Père qui m’a envoyé, 37 et le Père qui m’a envoyé a rendu lui-même témoignage à mon sujet. Vous n’avez jamais entendu sa voix, vous n’avez pas vu son visage et sa parole n’habite pas en vous, puisque vous ne croyez pas en celui qu’il a envoyé. Vous étudiez les Ecritures parce que vous pensez avoir par elles la vie éternelle. Ce sont elles qui rendent témoignage à mon sujet, et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie!

Mt. 17.5 : Comme il parlait encore, une nuée lumineuse les couvrit. De la nuée une voix fit entendre ces paroles: «Celui-ci est mon Fils bien-aimé, qui a toute mon approbation: écoutez-le!»

Romains 1.2 à 4 : Cet Évangile, Dieu l’avait promis auparavant par ses prophètes dans les saintes Écritures. Il concerne son Fils qui, en tant qu’homme, est né de la descendance de David et qui, du point de vue de l’Esprit saint, a été déclaré Fils de Dieu avec puissance par sa résurrection: Jésus-Christ notre Seigneur.

1 Jean 5.10 : Celui qui croit au Fils de Dieu a ce témoignage en lui-même ; celui qui ne croit pas Dieu le fait menteur, puisqu’il ne croit pas au témoignage que Dieu a rendu à son Fils.

>>  le témoignage subjectif, dans le cœur de ses enfants qui appuie le témoignage objectif : l’expérience appuie la Parole !

Compléments

Pourquoi Jésus dit-il que nous devons « naître d’eau » ?

2 nouveaux articles intéressants signalés   ici 


Pour être avertis à chaque nouvelle parution d’article,

abonnez-vous ! Voir   i c i 
Si vous avez apprécié cet article, pourquoi ne pas le partager ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s