Claude, pourquoi tu ne te proclames pas arminien ?

« … de ton coté tu ne fais que promouvoir l’arminianisme 4 points, sans le nommer. Le fait de nommer ou non une pensée théologique ne te rend pas plus libre ou engagé. Je ne vois aucune différence in fine, si ce n’est qu’une étiquette permet au lecteur de se rendre compte plus rapidement la pensée que tu promeus. »

Continuer à lire … « Claude, pourquoi tu ne te proclames pas arminien ? »

Notre identité fondamentale : en Christ !

Cela fait des siècles que les chrétiens qui se veulent tous fidèles aux Écritures s’affrontent sur plusieurs sujets d’interprétation des textes bibliques. Ainsi s’opposent les thèses millénaristes et amillénaristes, créationnistes et évolutionnistes, charismatiques et cessationnistes, œcuméniques et séparatistes, égalitaires et complémentariennes, calvinistes et arminiennes.

Tous ces sujets sont importants, et j’ai une opinion – plus ou moins arrêtée, plus ou moins ouverte selon le cas – sur chacun de ces sujets. (sinon, je n’aurais pas conçu ce site !) Je suis parfois en phase avec quelqu’un dans l’un des domaines cités et en désaccord dans un autre. Est-ce que cela doit nous séparer ?

Pour moi, une seule ligne de clivage se justifie vraiment, et elle n’est pas parmi les catégories évoquées plus haut.  Il me semble que la base nécessaire et suffisante de notre communion est celle-ci : Jésus-Christ est-il reconnu et reçu comme Sauveur et Seigneur ?

– Jésus-Christ Sauveur : Le Christ est-il perçu comme celui qui, par sa mort, nous délivre du péché, nous réconcilie avec Dieu ? Ou est-il surtout le sauveteur de nos petits problèmes, celui qui nous épanouit ?

– Jésus-Christ Seigneur : Notre rencontre avec le Christ a-t-elle vraiment signifié le détrônement de notre Moi pécheur et le début d’une nouvelle vie à la suite du Maître, en conformité à sa Parole ?

Je reconnais pleinement comme frères, et plutôt comme (très) grands frères, des enseignants dont je conteste  les thèses calvinistes. Je suis reconnaissant à Henri Blocher pour tout ce qu’il m’a apporté par Ichthus, etc. Timothy Keller a écrit un livre précieux pour tous les conducteurs d’églises : Une Église centrée sur l’Évangile. Curieusement, je me suis découvert de grandes convergences de vues avec James Packer en plusieurs écrits (alors que dans d’autres, cela semble être une toute autre théologie, très exclusive d’ailleurs !)  Quant à John Piper, je peux vous recommander un excellent article de cet auteur qui hélas a exprimé par ailleurs un calvinisme plutôt extrême en plusieurs livres . C’est sur le blog E21. En voici un extrait, nullement déterministe :

La nature humaine tend à la révolte contre Dieu, parce qu’elle ne se soumet pas à la loi de Dieu et qu’elle n’en est même pas capable” (Rm 8.7). Pourquoi ne peut-elle pas se soumettre à la loi de Dieu ? Tout simplement parce qu’elle ne le veut pas. Nous refusons que Dieu soit notre souverain (Rm 1.28). Nous l’échangeons parce que nous préférons beaucoup plus d’autres choses. (https://www.thegospelcoalition.org/Évangile21/article/votre-peche-nest-pas-ce-que-vous-pensez)

Alors, dans cette rubrique, j’ai à cœur de « casser » un peu les étiquettes et les clans théologiques. Sans tenir compte des diverses étiquettes évoquées plus haut, j’aimerais tout simplement recommander des ouvrages qui me semblent être une bonne aide pour grandir en Christ ! Car la sanctification (c’est de cela qu’il s’agit !) fait aussi partie de la doctrine du salut.
Le salut est incomplet sans croissance en Christ, la Tête du Corps que nous formons !