Lettre ouverte à un ami déprimé (C.S)

 Cher ami, je suis triste de savoir que tu traverses une longue période de détresse intérieure qui te fait douter de ton salut.

Je sais que de nombreux autres enfants de Dieu sont dans ton cas, d’où la forme de lettre ouverte que je choisis pour cette version de ma lettre, afin que le Seigneur puisse en encourager plusieurs par ces mots. Du moins, c’est ma prière !

Satan est maître dans l’art de semer la confusion :
– Aux esprits inquiets de véritables chrétiens, il suggère qu’ils ont commis le péché impardonnable contre le Saint-Esprit. 
– Aux insouciants et rebelles à la voix de l’Esprit, il dit qu’ils arriveront quand même au paradis !

Aux premiers, il dépeint un Dieu policier, aux sourcils perpétuellement froncés devant les péchés de ses enfants, prêt à les renier définitivement s’ils s’éloignent de lui d’une manière ou d’une autre.
Aux seconds, il dessine un dieu Père Noël, au sourire béat, aussi irréel que l’est la foi de ces personnes. Pour eux, « nous irons tous au paradis, même moi! » (cf. Michel Polnareff)

Mais qu’est-ce que ce fameux péché contre le Saint-Esprit, impardonnable ?

Matthieu 12.31, 32 : C’est pourquoi je vous avertis : tout péché, tout blasphème sera pardonné aux hommes mais pas le blasphème contre le Saint-Esprit.
Si quelqu’un s’oppose au Fils de l’homme, il lui sera pardonné ; mais si quelqu’un s’oppose au Saint-Esprit, il ne recevra pas le pardon, ni dans la vie présente ni dans le monde à venir.

J’ai bien apprécié l’explication du pasteur haut-rhinois Thiebault Geyer, orateur invité de la rencontre annuelle des Églises évangéliques de notre région  :

  • Dieu créa les hommes, et ceux-ci le rejetèrent comme Seigneur et Père.
  • Alors il envoya son Fils pour les racheter de leurs péchés. Mais ils ne voulurent pas de ce Sauveur.
  • Alors Jésus envoya le Saint-Esprit pour convaincre les cœurs et les attirer à lui. Celui qui persiste à refuser ce 3e témoignage commet le péché contre le Saint-Esprit. Péché impardonnable, car il n’y a plus d’autre porteur de la grâce après cela !

Est-ce vraiment ton cas ?

N’oublie pas que le salut, c’est Dieu qui fait de nous ses enfants chéris.
Quel genre de père dirait : « tu as dépassé les bornes, tu n’es plus mon fils ! » ? Ce n’est certainement pas ainsi que tu que tu connais ton Dieu !

Prends ta Bible, et relis tous ces beaux passages bibliques qui soulignent l’amour extraordinaire et patient de ce Père merveilleux. Par exemple :

Zacharie 3.1 à 5 : Puis il me fit voir Josué, le grand-prêtre, qui se tenait debout devant l’ange de l’Eternel. Et l’Accusateur se tenait à sa droite pour l’accuser. 2 L’Éternel dit à l’Accusateur : Que l’Éternel te réduise au silence, Accusateur ! Oui, que l’Éternel te réduise au silence, lui qui a choisi Jérusalem ! Celui-ci n’est-il pas un tison arraché au feu ? 3 Or, Josué était couvert d’habits très sales et il se tenait devant l’ange. 4 L’ange s’adressa à ceux qui se tenaient devant lui et leur ordonna : Otez-lui ses vêtements sales ! Et il ajouta à l’adresse de Josué : Regarde, j’ai enlevé le poids de la faute que tu portais et l’on te revêtira d’habits de fête. 5 Alors je m’écriai : Qu’on lui mette un turban pur sur la tête ! On lui posa donc le turban pur sur la tête, et on le revêtit d’autres habits. Or, l’ange de l’Éternel se tenait là. 

1 Jean 3.1 : Voyez quel amour le Père nous a témoigné pour que nous soyons appelés enfants de Dieu ! 

Tite 2.11 : En effet, la grâce de Dieu s’est révélée comme une source de salut pour tous les hommes. 

Romains 11.32 : Car Dieu a emprisonné tous les hommes dans la désobéissance afin de faire grâce à tous. 

Romains 8.33 à 38 : Qui accusera encore les élus de Dieu ? Dieu lui-même les déclare justes. 34 Qui les condamnera ? Le Christ est mort, bien plus : il est ressuscité ! Il est à la droite de Dieu et il intercède pour nous. 35 Qu’est-ce qui pourra nous arracher à l’amour du Christ ? La détresse ou l’angoisse, la persécution, la faim, la misère, le danger ou l’épée ? 36 Car il nous arrive ce que dit l’Ecriture : A cause de toi, Seigneur, nous sommes exposés à la mort à longueur de jour. On nous considère comme des moutons destinés à l’abattoir.

37 Mais dans tout cela nous sommes bien plus que vainqueurs par celui qui nous a aimés. 38 Oui, j’en ai l’absolue certitude : ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni le présent ni l’avenir, ni les puissances, 39 ni ce qui est en haut ni ce qui est en bas, ni aucune autre créature, rien ne pourra nous arracher à l’amour que Dieu nous a témoigné en Jésus-Christ notre Seigneur.

Psaume 146.7,8 : l’Éternel relâche ceux qui sont emprisonnés. 8 L’Éternel rend la lumière aux aveugles. L’Éternel relève celui qui fléchit. L’Éternel est plein d’amour pour les justes. 

 
 

Cher ami, reprends conscience que notre Dieu est un Père plein de compassion et d’amour !  Tu te sens si misérable que cela voile ton regard vers le Père ? Satan te montre tes « vêtements sales ». Comme il l’a fait pour le souverain sacrificateur Josué !  Oui, tes « vêtements » sont sales, les miens aussi, mais la base de notre salut est-elle un certificat de propreté ?  Tu sais bien que non !  Rappelle-toi que seul compte le fait objectif que le sang du Seigneur Jésus a effacé TOUS les péchés de TOUS les hommes ! 

À cause de la Croix, PERSONNE ne sera perdu à cause de ses mensonges, ses vols, ou ses crimes. Tes désobéissances, ton incrédulité ne te conduiront plus en enfer. Pour tout cela, Jésus a payé, il a pleinement endossé notre sanction.

Salut universel, alors ? Michel Polnareff et Jean-Loup Dabadie auraient-ils quand-même raison dans leur chanson ? Oh que non, bien-sûr !
Le sens réel de l’affirmation que Jésus a tout payé, c’est que le seul motif qui mènera dès lors les hommes à la perdition, ce sera… leur refus de la grâce ! 

Ce n’est pas ton cas, alors, courage, la sortie du tunnel est certaine.
La puissance de Christ est bien supérieure à celle du menteur ! Jésus EST le Chemin, la Vérité et la Vie ! Mais il te faut revenir sur le terrain de la grâce !

Une dernière chose : Ne reste pas seul dans ton combat ! Ne repousse pas le secours de tes proches ! Laisse les t’aimer et t’aider à redevenir un enfant de Dieu joyeux, marchant vraiment par la grâce, devant Dieu et avec les hommes !

Claude 

Compléments

Pourquoi croire à la sécurité éternelle des enfants de Dieu ?

Note : on aura compris que cet article ne vise pas de traiter le sujet de la dépression en général, qui fait intervenir des mécanismes complexes physiques, chimiques, psychologiques, qui ne sont pas de mon ressort, mais qui influent également dans le domaine des perceptions spirituelles.
Pour cela, le recours à des personnes ayant la formation appropriée est de première nécessité. Mes propos se limitent à démasquer les mensonges de l’ennemi de nos âmes, quand il déforme la Parole de Dieu, et quand il nous la fait appliquer à mauvais propos. Que la lumière de l’Évangile libérateur triomphe des ténèbres intérieures mensongères !

Pour avoir un aperçu des derniers articles parus, cliquez  i c i 
Pour être avertis à chaque nouvelle parution d’article,

abonnez-vous ! Voir   i c i 

6 réflexions sur « Lettre ouverte à un ami déprimé (C.S) »

  1. Merci pour cet article bienfaisant que je viens de découvrir !
    Quelle joie, dans les moment de doute, de pouvoir nous appuyer sur la Parole de Dieu, qui nous rappelle quel Dieu miséricordieux et aimant nous avons !
    J’aime me rappeler que Jérémie, au fond de ses détresses, a pu dire « voici ce que je veux repasser en mon cœur », en décrivant la bonté et la fidélité de Dieu.
    Et nous aussi, nous pouvons nous «repasser dans notre cœur» tous les versets qui nous décrivent l’amour immense de notre Seigneur !
    Merci Seigneur pour ce privilège d’avoir ta Parole, qui peut nous rappeler à tout instant des vérités solides, qui, même si le reste semble s’effondrer, elles, ne bougent pas !

  2. Oui, très clair, Claude !
    Dans un monde où le doute est érigé en vertu, c’est important de proclamer la certitude de l’Evangile de Jésus-Christ.
    Que le Seigneur soutienne chaque frère, chaque sœur dans une telle détresse. Que personne ne « culpabilise » de douter.
    Ce serait le comble. On est comme ça : des êtres plus fragiles qu’on le croit. Comme il n’y a pas de honte à être malade (ce serait la double peine !), il n’y a pas de honte à être assailli de doutes ou de pensées qui nous tirent vers le bas. Si elles se présentent au milieu de la nuit, rejetons-les sur Jésus. Lui-même prendra soin de nous. Je t’enCOURAGE, mon frère, ma sœur ! On est tous dans la même barque, avec Jésus dedans !

    1. Bien vu, Francis ! Le doute, ça nous connaît tous, et personne ne peut dire qu’il ne passera jamais par un tel tunnel sombre où les certitudes les plus fortement établies se floutent dans les ténèbres intérieures ! D’où l’importance de bien étayer la base de notre foi, sur la Parole, et de la dégager résolument des fluctuations de l’expérience, aussi précieuse soit-elle !

  3. Merci cher frère pour ton article bienfaisant! Je connais cette approche, mais ça fait tout de même du bien de la relire!
    Salue bien ta chère épouse Sonia. Bien fraternellement,
    Vos Daniel et Doris

    1. Merci, Daniel ! Il est vrai que j’avais déjà publié ce texte en version plus brève sur deux feuillets de calendrier Vivre aujourd’hui et Méditations Quotidiennes !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s