Actes 13.48 : Tous ceux qui étaient destinés à la vie éternelle…

« Tous ceux qui étaient destinés à la vie éternelle crurent ».  Ce verset, qui oppose la foi des non-Juifs à l’incrédulité des membres du peuple élu (v. 46), signifie-t-il que si d’autres n’ont pas cru, c’est qu’ils n’étaient pas destinés à la vie éternelle ?

Nous n’allons pas répéter ici tous les nombreux passages bibliques qui montrent que Dieu veut que tous les hommes soient sauvés et que tous ceux qui croient en Christ aient la vie éternelle. Nous nous contenterons  de prendre le verset en question sous la loupe, et nous donnerons la parole à plusieurs exégètes aux commentaires complémentaires.

r1 >>   S. J. Kistemaker souligne que c’est Dieu l’agent actif : lui seul peut donner la vie éternelle (Mt 25.46; Jn 10.28; 17.2).

Dans le passé, Dieu a pré­destiné les non-Juifs au salut.
Il l’a déjà fait savoir dans un certain nombre de textes de l’ AT.
(par exemple Gn 12.1- 3; Es 42.6; 49.6).

Lorsqu’ils acceptent le Christ par la foi, il leur accorde la vie éternelle.
Quand les non ­Juifs d’Antioche de Pisidie ont placé leur confiance en Jésus-Christ, ils se sont approprié la vie éternelle.
Ce texte révèle les deux côtés de la même pièce de mon­naie : l’amour de Dieu qui élit et la réponse croyante de l’homme (cp, Ph 2.12-13).
Même si ce texte souligne le verbe principal croire, il enseigne aussi la doctrine de l’élection divine (voir Rm 8.29-30).

Notez que Luc dit que les non-Juifs étaient destinés à la vie éternel­le’.
Il ne dit pas qu’ils étaient destinés à croire. ‘Ce qui lui semble important, c’est que la vie éternelle n’est pas seulement reçue par la foi, elle rentre essentiellement dans le plan de Dieu’ (D. Guthrie New Test. Theology p. 618)» (Kistemaker Acts p. 496).Encyclopédie des Difficultés Bibliques

r2 >>   Aucun texte de l’Écriture ne dit que seuls ceux qui y ont été prédestinés peuvent croire. Si j’accepte par la foi l’offre de la grâce de Dieu, j’accepte le cadeau que Dieu m’avait pré-destiné, qu’il avait destiné d’avance à tous ceux qui croiraient.

L’affirmation de l’élection divine barre le chemin à toute gloriole personnelle au sujet du salut : si nous sommes sauvés, ce n’est pas à nous que nous le devons – même pas à notre foi, qui n’est que la main qui accep­te le don de Dieu.

(Encyclopédie des Difficultés bibliques)

r3 >>   Selon le dictionnaire, le mot « destiner » signifie : « fixer », « décider »,  « ordonner ».

Dieu a décidé que chaque croyant, obéissant à sa volonté, hériterait de la vie éternelle.

Le salut est bien conditionnel et il est évident que Luc, en écrivant ce passage, ne dit pas que le salut accordé aux Gentils est inconditionnellement prédestiné. (L’auteur rend encore attentif au fait que la Bible ne dit pas que ces gens étaient “prédestinés” mais plutôt “destinés” à la vie éternelle !                                                                     Jacques MARCHAL http://www.Égliseduchristquebec.com/traites_pdf/trp_predestination.pdf

r4 >>   Ceux qui sont perdus sont seulement ceux qui n’ont pas voulu venir au Christ pour recevoir la vie (Jn 5.40). Tous ceux qui veulent peuvent venir (Ap 22.17) et tous ceux qui viennent reçoivent (Jn 6.37).

Dieu sait de toute éternité ce que tout homme fera : soit qu’il cède à l’invitation de !’Esprit et accepte le Christ, soit qu’il résiste au Saint-Esprit et refuse le Christ. Ceux qui reçoivent le Christ sont destinés à la vie éternelle.

Dieu ne destine personne à être perdu contre sa pro­pre volonté, mais dans sa sagesse et sa sainteté infinies, il est décidé que ceux qui rejettent délibérément et avec persistance le Fils glorieux de Dieu seront pour tou­jours bannis de sa présence.
(PQA p. 61). R. A. Torrey  (Encyclopédie des Difficultés bibliques)

r5>>   Certainement que tous ceux qui ont cru en Jésus et reçu la vie éternelle l’attribuent entièrement à la grâce de Dieu et non à leur propre mérite. Mais l’inverse n’est pas vrai.

Il est significatif que, dans ce même pas­sage, ceux qui ont rejeté l’Évangile sont considérés comme l’ayant fait délibérément, car ils ne se ‘consi­déraient pas dignes d’avoir part à la vie éternelle’ (v. 46) »
(J. Stott The Message of Acts p. 228).

r6>> Les païens ne crurent pas tous, mais (grec) autant (d’entre eux) qui étaient destinés (littéralement ordonnésà la vie éternelle.

Celui qui les avait ordonnés (placés dans cet ordre), c’est Dieu, par sa grâce souveraine, et en leur donnant l’Esprit d’adoption (Romains 8.15).

Telle est la cause pour laquelle ils crurent, se confièrent en Jésus, le Sauveur que Paul annonçait. Ils auraient pu résister comme d’autres, car l’action de Dieu n’anéantit nullement la liberté de l’homme, « Il ne force personne, mais il fait qu’on veut ».

Ce récit de Luc est en parfaite harmonie avec la pensée de Paul, exprimée souvent ailleurs par un autre terme plus précis encore. (Romains 8.29 ; Éphésiens 1.5).

Les commentateurs ont souvent torturé ce texte dans un intérêt dogmatique. Tandis que Calvin y voit la doctrine d’un décret absolu, d’autres s’efforcent de diminuer l’action de Dieu pour élever celle de l’homme, qui, en dernier résultat, se destinerait lui-même à la vie éternelle.    https://www.levangile.com/Bible-Annotee-Actes-13-Note-48.htm

Pour avoir un aperçu des derniers articles parus, cliquez  i c i 
Pour être avertis à chaque nouvelle parution d’article,

abonnez-vous ! Voir   i c i 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s