La grâce de Dieu dans la souffrance (David Powlison)

Ce petit livre (123 p) me semble des plus utiles pour apporter du réconfort à ceux qui souffrent. L’auteur parle d’expérience, et sa médiation est étayée par le récit de ses multiples épreuves, qui sont certes  parmi les plus douloureuses qui soient. De plus, entre temps, David a contracté une nouvelle maladie, qui, elle, l’emporta… vers son Sauveur !

Pour vous encourager à vous procurer (et à offrir) cet ouvrage des Éditions Impact, vous trouverez ici quelques extraits tirés de l’introduction, p 13 à 17

Voici la principale question à laquelle ce livre tentera de répondre :
de quelle manière le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus-Christ vient-il à notre rencontre et nous console-t-il lorsque nous traversons une période d’épreuve, de deuil, de douleur ou d’invalidité ?
De quelle manière emploie-t-il sa grâce et sa bonté pour toucher nos vies, les façonner et nous accompagner dans de tels moments ?

D’abord, les Écritures et notre expérience personnelle témoignent que, de toute évidence, Dieu n’a jamais établi de zone d’exclusion pour nous garder à l’abri des problèmes. Il n’a jamais promis que la vie serait facile, paisible et prospère, exempte de danger ou de mala­die. Au contraire, nous savons que les dangers, les épreuves, les boule­versements, les maladies et les séparations font partie de la vie. Nous savons également que certains enfants de Dieu bien-aimés vivent des vies nettement marquées par la douleur physique, la pauvreté, l’iso­lement, la trahison et les privations. Enfin, la mort constitue pour chacun de nous l’ultime détresse, inévitable et imminente. //

L’auteur énumère les bonnes choses de la vie dont la plupart de nous profitons, comme des liens familiaux et amicaux chaleureux, trois repas par jour, une santé relativement bonne, le simple plaisir de se reposer après le travail et peut-être même de jouir d’une bonne nuit de sommeil etc. Il conclut :
Aucun de ces bienfaits ne nous est assuré sur la terre, mais nous pouvons certes en profiter avec un cœur reconnaissant.

Enfin, les Écritures, de même que nos expériences doulou­reuses, témoignent que, de toute évidence, Dieu parle et agit à travers la souffrance. C. S. Lewis a écrit : « Dieu murmure dans nos plaisirs, il parle à notre conscience, mais sa voix devient une clameur dans nos peines. Elles sont le porte-voix dont il se sert pour éveiller un monde sourd 1• »

Le but de ce livre est d’enraciner encore plus profondément notre expérience personnelle dans la bonté de Dieu.
La souffrance révèle l’authenticité de la foi en Jésus-Christ et elle produit une foi authentique. 

Non seulement la souffrance sert-elle d’épreuve de vérité, mais elle sert également de catalyseur. Elle révèle et façonne la foi authen­tique, puis démasque et détruit la fausse foi. Les épreuves mettent au jour nos espoirs illusoires dans des dieux imaginaires. Il est bon de perdre ainsi ses illusions ; c’est en fait la compassion qui se manifeste sous cet aspect sévère.
La destruction du mensonge invite à la repentance et à la foi en Dieu pour ce qu’il est véritablement. À ceux qui ne croient pas au seul Sauveur du monde, lui-même don de Dieu et don de vie, la souffrance donne un avant-goût du jour où ils seront privés de tout bienfait. L’affliction exerce une pression sur l’incrédulité et pousse à l’amertume ou au désespoir, à la dépendance ou à plus d’illusions vaines, à une complaisance mortelle ou encore à une réévaluation des choses durables. La perte de trésors qui constituent une raison de vivre, lorsque ces trésors ne sont que vanité, favorise une véritable repentance.

Après avoir affirmé plus haut qu’ « Une vie difficile n’est pas un signe de la faveur ou de la défaveur de Dieu à notre égard » l’auteur rebondit ici :

La manière dont un individu réagit à l’épreuve est un signe de la faveur ou de la défaveur de Dieu à son égard.

La main de Dieu se mêle étroitement à nos malheurs.
« À chaque jour suffit sa peine » (Mt 6.34).
Certaines difficultés sont mineures et temporaires; elles surviennent aujourd’hui et sont réso­lues le lendemain.
Certaines épreuves durent pendant une période plus ou moins longue, d’autres refont surface et se règlent de façon cyclique ;
certaines souffrances deviennent chroniques tandis que d’autres ne cessent d’empirer, causant une douleur croissante et débilitante.
Enfin, le caractère irrévocable de certaines épreuves nous frappe de plein fouet : la mort d’un rêve, la mort d’un bien­aimé, notre agonie et notre propre mort.

Pourtant, les événements douloureux prennent un tout autre sens en raison de la résurrection de Jésus-Christ et de la promesse que nous vivrons également avec lui.

La foi peut gagner en maturité. Nous pouvons apprendre à dire de tout cœur, avec la grande nuée de témoins :

C’est pourquoi 16 nous ne perdons pas courage. Et même si notre homme extérieur se détruit, notre homme intérieur se renouvelle de jour en jour. Car nos légères afflictions du moment présent produisent pour nous, au-delà de toute mesure, un poids éternel de gloire. (2 Co 4.16,17).

Nous pouvons apprendre à le dire et à le penser réellement, parce que c’est vrai.// Cependant, on fait continuellement face à de nouveaux défis.

La sagesse pour bien souffrir est comme la manne : on doit la recevoir et s’en nourrir chaque jour. On ne peut pas la garder en réserve, bien qu’avec le temps, on devienne plus habile à la chercher et à la trouver au quotidien.

De quelle manière Dieu s’y prend-il, de façon concrète, pour faire intervenir sa grâce dans nos souffrances ? //

Dieu donne une réponse difficile, mais nous la transformons en formule stéréotypée. Sa réponse tend à enclencher un long et lent processus, mais nous cherchons une solution rapide.

Il insiste pour que nous vivions sa réponse de manière progressive dans les circonstances particulières de la vie. Nous agissons comme si, en prononçant simplement les bonnes paroles, elles devenaient réa­lité.
La réponse de Dieu suppose un changement profond de notre personne, mais nous nous comportons comme si une vérité, un principe, une stratégie ou une perspective pouvait tout simplement se greffer à notre être dans sa forme actuelle.

Dieu personnalise sa réponse pour chaque cœur avec une flexibilité remarquable, mais nous la transformons en formule toute faite :
« Si seulement tu croyais ceci. Si seulement tu faisais cela. Si seulement tu te rap­pelais cela … »
L’énoncé d’une vérité importante ne contient jamais l’expression « si seulement».

La bonne réponse peut avoir l’air dépassée, mais soyez assuré que Dieu nous étonnera. Il nous forcera à nous arrêter. Nous aurons des difficultés, nous serons décontenancés, nous souffrirons… Il prendra son temps. Notre foi et notre amour gagneront en matu­rité. Il sera notre joie la plus profonde.
Le processus semblera plus difficile, mais meilleur que ce que nous avions imaginé.

Le bonheur et la grâce nous accompagneront tous les jours de notre vie. À la fin de ce long parcours, nous parviendrons enfin à destination.

Peu importe que nous l’ayons entendue souvent, peu importe que nous la connaissions depuis longtemps, peu importe que nous la réci­tions par cœur, la réponse de Dieu se traduit toujours par quelque chose de mieux que ce à quoi nous avions pensé.

Il est lui-même la réponse !

Prolongements :

Un article du Bon Combat.  Je lai reçu le 2 janvier2021. Les exemples que le neveu de Benny Hinn donne sont tellement semblables à ce que nous-mêmes avons vécu autour de nous en 2020 que cela me touche profondément.

5 pensées de Costi Hinn sur l’Évangile et la guérison

Que le Dieu de l’espérance vous remplisse d’une joie et d’une paix parfaite par votre foi en lui par le Saint-Esprit … Romains 15.13

Livres

Aux Éditions Ourania, le merveilleux témoignage de Joni et Ken Eareckson Tada est toujours disponible.
Joni recommande d’ailleurs chaleureusement le livre de David Powlison.

Joni et Ken  Un amour à toute épreuve

La grâce infinie de Dieu: le secret d’un mariage heureux.

Mariés depuis près de 30 ans, Joni et Ken font face aux difficultés liées à la tétraplégie de Joni, difficultés qui finissent par s’attaquer à leur relation. Mais un jour, ils se trouvent confrontés à une nouvelle épreuve : ils apprennent que Joni est atteinte d’un cancer. Ensemble, ils luttent contre la maladie, en puisant leurs forces en Dieu. Et finalement, ils en ressortent soudés, unis, réunis.

C’est ce « voyage » qu’ils nous relatent ici, avec une sincérité et une franchise profondément touchantes, signant un ouvrage édifiant et enrichissant, qui saura certainement encourager et secourir bien des couples en proie au doute et au découragement.

Quand nous voyons quelle transformation et quelle purification la souffrance a opérées dans la vie de Joni et Ken, nous avons des raisons de croire que nos propres souffrances et difficultés relationnelles pourront nous attirer plus près de Christ, nous transformer davantage à son image, nous conduire à porter plus de fruits et nous préparer pour l’éternité.
—Nancy Leigh DeMoss

Ken et Joni se livrent, parlent de leur vie avec franchise, et pas seulement des choses glorieuses. Le résultat est un ouvrage captivant, qui fait réfléchir et qui apporte l’espoir. Il m’encourage à me confier davantage en Jésus. Il met en moi le désir d’aimer ma femme de manière plus sacrificielle. Il me rappelle que Dieu utilise les pires épreuves de la vie pour notre bien. Que vous soyez célibataire, fiancé ou marié, je ne peux que vous en recommander la lecture.
—Joshua Harris

Un 3e livre précieux, un ouvrage de réflexion théologique sur la souffrance de Donald A Carson (Editions Excelsis)

Jusques à quand ?
Réflexions sur le mal et la souffrance

La manière dont nous abordons la souffrance provoquée par la mise à l’épreuve et la discipline dépend en grande partie de nos priorités

Si la souffrance fait autant de ravages chez les chrétiens et nous laisse aussi désemparés, c’est essentiellement parce que nos attentes sont erronées. Aussi longtemps que nous ne sommes pas personnellement confrontés à la tragédie, nous n’accordons pas à ce problème la réflexion qu’il mérite. Si ce jour-là nos croyances, insuffisamment mûries mais profondément ancrées, sont en discordance grave avec le Dieu qui s’est révélé dans la Bible en Jésus-Christ, nous risquons d’ajouter encore à notre souffrance initiale, en mettant en question les fondements mêmes de notre foi.

Points forts:
+ une réflexion profonde et fouillée
+ un sujet fondamental
+ un auteur connu pour ses nombreux ouvrages

Thèmes:
* le mal
* la souffrance
* la souveraineté de Dieu
* le péché
* la providence

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s