1 Timothée 1.19,20 : Hyménée et Alexandre, livrés à Satan ?

1 Timothée 1.19,20 : Combats le bon combat 19 en gardant la foi et une bonne conscience. Cette conscience, quelques-uns l’ont rejetée, et ils ont fait naufrage par rapport à la foi. 20 C’est le cas d’Hyménée et d’Alexandre, que j’ai livrés à Satan afin qu’ils apprennent à ne plus blasphémer.  

Ce passage m’a été cité pour démontrer l’apostasie définitive de chrétiens.
En fait, non ! Et pour plusieurs raisons :

D’abord, il n’est pas certain qu’Hyménée et Alexandre aient bien été de véritables enfants de Dieu.  Ils semblent avoir eu un enseignement déviant, et s’ils ont fait naufrage par rapport à la foi, cela désigne avant tout la foi en question en tant que saine doctrine. Mais, faute de preuve, on peut laisser ouverte la possibilité que ces deux hommes aient à un moment donné fait preuve de la foi qui sauve qui aurait fait d’eux des enfants de Dieu. (voir la citation ci-dessous).

Quelle qu’ait été leur situation réelle, l’apôtre Paul s’était vu contraint à… les livrer à Satan ! Pour qu’ils soient damnés ? Deux fois non !
– d’abord, parce que cela supposerait que Satan soit le Seigneur de l’enfer, lui, qui sera le premier à y être jeté !
– ensuite parce que notre texte nous dit sans ambiguïté qu’il s’agissait d’une mesure de discipline salutaire du Saint-Esprit, afin que ces deux chrétiens apprennent à ne plus blasphémer !

Pour aller un peu plus loin, voici un commentaire de Levangile.com. et un autre de Bibleenligne.com. (Ils rejoignent tout à fait ce qu’on trouve dans l’Encyclopédie des Difficultés bibliques.)

Grec : « Afin qu’ils soient châtiés pour ne plus blasphémer » (voir sur Alexandre 2 Timothée 4.14 ; et sur Hyménée 2 Timothée 2.17).

Livrer à Satan est une expression déjà employée par l’apôtre Paul (1 Corinthiens 5.5, note) et qui signifie excommunier, bannir du corps de l’Église. Il applique cette mesure de rigueur, soit afin que ces faux docteurs ne répandent pas leur poison parmi les fidèles, soit dans l’espoir de les ramener, en réveillant en eux le sentiment de leur chute.

Dans l’un et l’autre cas, c’était mettre un terme à leur action nuisible sur l’Église. Cette action, l’apôtre la désigne comme blasphématoire, soit que ces hommes parlassent mal de la saine doctrine, soit que leurs principes continssent véritablement des blasphèmes contre Dieu. Levangile.com

Et le commentaire de Bibleenligne.com :

Il est possible que l’on retrouve ce même Hyménée en 2 Tim. 2:17, mais associé à Philète et soutenant une doctrine qui fermait le ciel aux rachetés et les établissait définitivement sur la terre. On pourrait aussi supposer, mais sans plus de preuves, qu’Alexandre, en 2 Tim. 4:14, est devenu l’ennemi acharné de l’apôtre. L’acte de livrer à Satan avait eu lieu effectivement dans notre passage. En 1 Cor. 5:5, il nous est présenté comme étant l’intention de Paul qui n’eut pas besoin de le mettre à exécution. Cet acte d’autorité apostolique n’était nullement assimilable à celui de l’assemblée dont le devoir était d’ôter le méchant de son sein.

Les deux hommes dont il est parlé ici, ayant été abandonnés entre les mains de Satan, étaient désormais hors de l’assemblée, privés de son contrôle et de son influence dont ils avaient joui jusqu’alors, devenus, par ce fait, comme la propriété de l’Ennemi qui n’avait désormais d’autre but que de les séparer à tout jamais de Christ, sans espoir de retour. Cependant, là encore, au milieu de ce terrible jugement, Dieu avait une intention de grâce. La misère, probablement morale et physique, où ils étaient plongés pouvait «leur apprendre à ne plus blasphémer», rendant ainsi leur restauration possible.    Bibleenligne.com

Compléments

Vous trouverez deux séries d’articles complémentaires bien fournies ici :
Sous la loupe     (2. La préservation du salut)

Pour avoir un aperçu des derniers articles parus, cliquez  ici 
Pour être avertis à chaque nouvelle parution d’article,

abonnez-vous ! Voir   i c i 
Si vous avez apprécié cet article, pourquoi ne pas le partager ?

2 réflexions sur « 1 Timothée 1.19,20 : Hyménée et Alexandre, livrés à Satan ? »

  1. Un lecteur m’écrit : Mais alors qu’est ce que signifie être « livré à Satan » si ce n’est être discipliné par les circonstances pour revenir à la foi. La référence de cette expression dans Corinthiens dit explicitement « pour le salut de l’âme ».

    1. Effectivement, nous trouvons ans 1 Corinthiens 5.5 : qu’un tel homme soit livré à Satan pour la destruction de la chair, afin que l’esprit soit sauvé au jour du Seigneur Jésus. Pas facile, mais cela ne peut pas renverser tout ce que nous avons déjà établi. Il ne s’agit pas ici d’une apostasie d’un faux chrétien, mais d’une grave faute morale d’un véritable enfant de Dieu. Or, je sais que là, nous sommes d’accord : la vie éternelle n’est jamais en jeu pour nos fautes et manquements, sinon nous aurions le salut par les œuvres et le comportement. La seule chose que je pense que ce texte nous permette de dire avec certitude, c’est que Paul, par sa mesure de discipline (d’exclusion de l’église, probablement), ne visait pas la damnation, mais la repentance du coupable et sa réintégration, ce qui semble avoir eu lieu, d’après 2 Corinthiens 2.4 à 10. Tu sais, « afin que l’esprit soit sauvé » me semble avoir ici un tout autre sens que celui du salut éternel. Je dirais : « afin que l’esprit soit sauvé du terrible piège du péché dans lequel il est tombé et qu’il revienne à son bon sens spirituel ! » On a d’autres exemples bibliques dans ce sens. Voir aussi le commentaire de Levangile.com.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s