Juste une invitation amicale à l’amitié avec Jésus ? (Christoph Stenschke)

Sous-titre : « Il n’y a plus lieu de se préoccuper d’échapper à la colère de Dieu?! »   Cet article du professeur Dr Christoph STENSCHKE date de 2005, paru dans le magazine Die Gemeinde, de la Fédération des communautés évangéliques libres allemande. J’ai trouvé qu’il valait la peine d’être traduit en notre langue, et le traducteur automatique de Microsoft me semble s’être tiré remarquablement bien de cette tâche ! Serait-il « converti » ?? 🙂 Comme celui de Google ! 

Non, il n’a jamais été particulièrement populaire, du moins pas parmi les « gens du monde ».
Et maintenant, même pour beaucoup de chrétiens, le sermon de conversion est une sorte d’enfant sale avec qui il vaut mieux ne pas jouer.
Dans le passé, nos pères et nos mères, leurs pasteurs et évangélistes appelaient parfois avec éloquence à la conversion, soutenus par un chœur mixte et un harmonium gémissant.

Nous nous en sommes remis depuis longtemps. Aujourd’hui, soutenue par un spectacle médiatique coloré plus ou moins réussi, l’invitation à venir à Jésus est généralement assaisonnée d’une forte dose d’action sociale bien intentionnée aidant à rendre le tout attrayant. Nous sommes assez doués pour l’invitation amicale à l’amitié avec Jésus (et son Église!), pour courtiser doucement la foi. Après tout, Jésus lui-même a invité les misérables et les accablés à lui-même. Moi aussi, j’ai planifié et réalisé de tels événements à plusieurs reprises.

Mais nous avons du mal à parler du péché, du jugement de Dieu, de l’enfer, de la conversion, de la repentance si nécessaire et de la joie qui la suit.
D’une certaine manière, cela ne correspond pas à notre époque, même si ce sont des sujets qui ont une grande importance dans la Bible.

Même dans nos communautés, on est devenu étrangement silencieux sur ces questions. La main sur le cœur :
– Quand avez-vous entendu ou prononcé le dernier sermon sur la conversion et la repentance ?
– À qui d’entre nous manque la journée de repentance et de prière abolie au profit de l’assistance de soins de longue durée ?

En même temps, nous faisons l’expérience que notre évangile attrayant (si nous l’apportons aux non-ecclésiastiques !) trouve peu d’attrait.Les quelques personnes qui sont invitées (si cela arrive !) ne trouvent souvent pas leur chemin pour se joindre à l’église. Il n’y a souvent aucune trace d’un discipulat de Jésus qui a changé leur vie et d’un engagement enthousiaste envers sa cause. Certains se détournent rapidement de Jésus et de son personnel au sol, déçus. Combien sont encore parmi nous un an après leur « conversion » ?

Les témoignages des personnes à l’occasion de leur baptême sont parfois étrangement pâles et vagues. Pourtant le témoignage personnel avec une claire profession de foi revêt une importance particulière dans le cas d’un baptême !

Depuis des années, notre association communautaire n’a pas enregistré de croissance significative, la saison sèche dans les fonts baptismaux de certaines communautés dure depuis longtemps. On a l’impression qu’il y a un lien entre cette situation et l’évangile que nous partageons (entre autres facteurs, j’en suis bien conscient !).

Un regard sur une rencontre de Jésus avec une personne en quête est étrange au début. En y regardant de plus près, cela devient un défi. Un Juif riche avec un certain statut social vient à Jésus de son propre gré (Luc 18.18-27). Il demande ce qu’il doit faire pour hériter la vie éternelle. Il veut aller au ciel – un modèle idéal pour chaque évangéliste ! L’homme pose la question la plus importante que vous puissiez poser ! Quel enrichissement (également au sens littéral) il aurait été pour le cercle des disciples ! Personne d’autre que Jésus ne peut répondre mieux et avec plus d’autorité. Mais la réponse de Jésus est stupéfiante. Premièrement, Jésus l’éloigne de lui-même vers Dieu.

La vie éternelle en présence de Dieu ne peut contourner Dieu et ses principes.

Jésus confronte celui qui pose la question à la volonté de Dieu : « Vous connaissez les commandements ». C’est la norme de Dieu. L’homme répond qu’il a gardé tout cela. Jésus voit au travers de lui : malgré toute justice et toute suffisance, il lui manque une chose : son cœur est attaché à ses biens.
Mais il ne peut servir que Dieu ou Mammon. Formellement, il avait gardé les commandements de Dieu, mais son cœur et son trésor étaient ailleurs. Il devrait donner ses biens, s’en détourner et suivre Jésus. Ce n’est qu’ainsi qu’il aura un trésor dans le ciel. Puis l’homme s’en va tristement, « car il était très riche » – et Jésus le laisse partir ! Il ne court pas après l’homme et ne nivelle pas ses conditions vers le bas jusqu’à ce qu’il s’adapte.

La demande radicale de Jésus demeure. La compréhension moderne de l’évangélisation va à l’encontre de beaucoup de choses ici !

Des chrétiens païens de Thessalonique, Paul écrit qu’ils se sont convertis des idoles au Dieu vivant et vrai pour le servir et attendre son Fils du ciel, qu’il a ressuscité des morts, Jésus, qui nous sauve de la colère future de Dieu
(1 Thessaloniciens 1.9f).

Il s’agit de se détourner des dieux du monde gréco-romain, des dieux domestiques privés dont la chance, la prospérité et la fertilité sont censées dépendre, de la sorcellerie et de la magie, des philosophies ou des idéologies. Et il s’agit  de la conversion au Dieu vivant et vrai qui a fait le ciel et la terre, à qui les hommes doivent leur vie et à qui ils doivent répondre. L’appel à la conversion présuppose Dieu le Créateur. Là où les gens ne croient pas en Dieu, le Créateur, nient son existence, ils ne connaissent aucun jugement et aucune responsabilité devant Dieu. Et s’il n’y a pas de Dieu et pas de responsabilité devant lui, il n’y a aucune raison de se repentir. Pour aller où alors ? L’Évangile devient sans conséquence.

L’appel à la conversion présuppose que les gens ne sont pas déjà d’une manière ou d’une autre avec Dieu ou ne vont pas au ciel de toute façon,  mais doivent consciemment se tourner vers lui.

Les gens sont détournés de Dieu, ils servent des idoles, que ce soit sous une forme ancienne ou moderne. Aujourd’hui, il ne s’agit pas de Zeus et d’Hermès, mais de tout ce en quoi les gens ont confiance, investissent et dont ils rendent leur vie dépendante: les dieux du progrès, du succès, du bonheur, de la santé, de la prospérité, du bien-être, etc. Que ces dieux soient actuels et leur soient servis aujourd’hui (et beaucoup sacrifiés!) est évident.

Les êtres humains sont sous la domination du péché et, sans un retour décisif à Dieu, se dirigent vers son futur jugement juste de colère. Il n’y a pas d’échappatoire à cela.

Leur rébellion invétérée contre Dieu et leurs péchés les séparent inévitablement de Dieu – dans le temps et l’éternité. Se détourner des dieux et se repentir devant Dieu implique de faire confiance à l’Évangile de Jésus-Christ institué par lui.

C’est en aucun autre nom que le salut n’est donné, et il n’y a pas non plus d’autre nom sous le ciel donné aux hommes par lequel nous pouvons être sauvés (Actes 4.12).

Le contenu de la foi comprend la mort et la résurrection de Jésus et l’attente de son retour de la gloire céleste. Jésus doit gouverner nos vies ici et maintenant.

Le repentir comprend aussi la volonté et l’engagement inconditionnel en faveur d’une vie nouvelle : « servir le Dieu vivant et vrai ». Pas de conversion sans un nouveau service de Dieu ! Nous devons mourir avec Christ, être ensevelis et ressusciter pour une nouvelle vie en suivant Jésus. Nos vies sont sous le signe du règne à venir de Jésus. 

Nous savons tout cela. Mais croyons-nous vraiment encore cela à notre époque postmoderne et tolérante ? Jésus est-il vraiment le seul moyen d’échapper à la colère sûre de Dieu ? Une « foi en Dieu » générale ne suffit-elle pas ?
Doit-il même s’agir du Dieu biblique ? Et Dieu peut-il faire autre chose que de nous bénir constamment et de nous caresser constamment la tête avec bienveillance comme un super-grand-père céleste, peu importe qui nous sommes et comment nous vivons ? Le discours de la colère de Dieu, d’un jugement dernier, d’une responsabilité devant Dieu n’est-il pas dépassé ? Même parmi les chrétiens, une joyeuse certitude de foi a cédé la place à une incertitude profonde ou à une version postmoderne « légère » de l’Évangile.
Il est probable qu’une enquête honnête sur ces questions dans nos communautés serait dévastatrice.

Et si nous croyons vraiment cela dans nos cœurs et en parlons parfois avec une main levée, avons-nous le courage de le dire ? En public depuis la chaire et dans une conversation personnelle ? Non, pas spectaculairement et pointant un doigt vers l’auditoire, mais clairement et de façon compréhensible pour tout le monde ? Souvent, nos pères et nos grands-pères l’ont fait courageusement.
Ils ont été ridiculisés, classés dans le « coin de la secte » – et pourtant ils ont appelé les gens à suivre et à fonder de nouvelles églises. Nous, en revanche, ne sommes plus ridiculisés, au contraire, nous sommes devenus un interlocuteur précieux dans le concert œcuménique et nous nous réjouissons de la reconnaissance publique. Dans de nombreux endroits, nous avons des congrégations avec des services bien fréquentés. Les gens aiment venir à nous. Ils apprécient l’atmosphère amicale et la chaleur humaine dans de nombreuses communautés. D’autres peuvent apprendre de nous !

Mais appelons-nous encore à la conversion par la parole et par notre vie ? À qui et à quoi les gens se convertissent-ils aujourd’hui?  Se détournent-ils des idoles  qu’ils ont reconnues et se convertissent-ils au Dieu vivant qu’ils  ont appris à connaître à travers et avec nous, qui détermine nos vies ? Ou se détournent-ils déçus d’eux-mêmes et de leur vie auparavant insuffisamment réussie, de leurs échecs familiaux et professionnels, de leurs faiblesses de caractère et de leur manque de confiance en eux? Se tournent-ils vers le Dieu vivant ou s’en tiennent-ils à eux-mêmes, à la promesse d’une vie meilleure ou à la chaleur de notre nid ? Y aura-t-il une véritable conversion et une nouvelle réflexion ? Quand avez-vous entendu le dernier témoignage de baptême qui a été marqué par celui-ci ?

L’appel à appeler plus courageusement à la conversion ne suffit pas.
Au contraire, nous avons besoin d’une nouvelle assurance biblique sur Dieu et l’homme, sur notre responsabilité, la nature du péché, le jugement de Dieu, notre incapacité à nous sauver nous-mêmes, sur la nécessité et la possibilité de la repentance, et sur une nouvelle vie en Christ. Nous avons besoin d’une nouvelle volonté de croire en l’évangile biblique.

Devons-nous nous-mêmes nous repentir à cause d’un évangile banalisant et unilatéral, de notre adaptation à l’air du temps et de notre silence ?
Nous avons besoin de courage pour aborder ces questions, qui ne sont plus socialement acceptables aujourd’hui, dans une langue que les gens comprennent aujourd’hui. Cette annonce rencontrera des contradictions et conduira en même temps à d’authentiques conversions. Notre monde a besoin de l’ambition et de l’attrait de l’Évangile. Il n’a pas besoin de chrétiens avec des trivialités écrites sur leurs visages!

Prof. Dr. Christoph Stenschke

Si quelqu’un désirait recevoir la version originale (allemande) de ce texte, il suffit de la demander.
Cet article éphémère, envoyé par un lecteur, sera effacé quand tous les abonnés auront eu le temps de le lire ! (dans quelques semaines)
Il ne figure dans aucune rubrique. J’effacerai ainsi petit à petit tous les articles qui recopient simplement un texte publié par un éditeur… )

2 réflexions sur « Juste une invitation amicale à l’amitié avec Jésus ? (Christoph Stenschke) »

  1. Tout à fait pertinent quant aux méthodes actuelles pour rendre témoignage et qui ont perdu de vue le cœur du message du salut.

    1. Effectivement, Jean-Louis ! Mais depuis, on m’a fait remarquer gentiment deux choses, qui vont dans le sens de la modération de ce texte :
      1) Ce n’est quand-même pas, Dieu merci, la situation générale de nos Églises, qui s’évertuent à communiquer fidèlement l’Evangile salvateur ! Personnellement, c’est surtout sir Internet que j’ai constaté de ces déviances, pas dans nos communautés !
      2) Et dans nos communautés, nous avons, hélas, entendu des témoignages poignants de conversions, dans lesquels la repentance ne manquait pas, mais dont les auteurs n’ont pas persévéré et sont retournés à leur ancienne vie !!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s